Category Archives for "Parentalité"

Vive les loisirs non-créatifs. 

Depuis que je suis enfant, je vois fleurir à l’approche de l’été les magazines de jeux et loisirs dans les rayons des magasins. Longtemps, j’ai cru que cela se résumait aux mots croisés (mon père adorait ça), rejoints par les sudokus. Je n’ai jamais été un fan, alors je me suis cru sauvé quand est arrivée, plus récemment, la vague des « coloriages zen ». 

Cela tombait parfaitement bien : j’étais stressé, et me suis toujours considéré fort peu habile en disciplines graphiques. Quelle chance donc ! Voici qu’on me proposait de détendre mon esprit, et d’accéder au plaisir (croyais-je) du dessin. Et cela avec beaucoup plus de simplicité que dans mes tentatives ratées et donc frustrantes d’aborder la poterie, l’aquarelle ou le dessin. Cette forme de “loisirs créatifs” me permettait enfin de m’imaginer en peintre serein plongé dans sa création… enfin presque. 

J’achetais donc mes premiers cahiers de « coloriage zen ». Pour tout dire, c’était en Allemagne, l’objet s’appelait donc « Mahlbuch for erwachsene », soit « coloriages pour adultes ». Pour accentuer l’effet, j’ai choisi un gros livre intitulé « Méditation », dont le sous-titre annonçait : « Laisser s’envoler tous les soucis avec de merveilleuses images ». Convaincu de ma rapide addiction, j’achetais également un exemplaire proposant de merveilleux mandalas, ainsi, bien sûr, qu’une grosse boite de crayons de couleur. 

J’étais heureux comme un enfant. Le soir même, je commençais, attentif à tout ce que je pouvais ressentir. 

Lire la suite…

Comment mes enfants ont fini par dormir (et moi aussi)

Il est presque 22h30, et j’en suis à mon quatrième aller-retour dans l’escalier. Swann a cinq ans, le coucher se passe maintenant bien, en général. Mais ce soir, ça ne va pas. Il chouine, s’agite, n’arrive pas à s’endormir. Moi, je sentais que je commence à perdre patience. Son grand frère Nawel, au premier étage du lit superposé recommence également à s’agiter. J’ai senti que la situation allait déraper. Et soudain, je ne sais pas pourquoi, m’est revenue la « méthode » d’endormissement que je pensais avoir inventée lorsqu’ils étaient tout petits. Je me suis dit « bah pourquoi pas ». Résultat : dix minutes plus tard, les deux dormaient. J’ai entendu leur respiration s’apaiser, s’approfondir, et un petit ronronnement s’installer.

Sans cet évènement, j’aurais oublié cette « méthode » secrète pour faire dormir les bébés. À l’époque pourtant, je m’étais dit que j’écrirais un livre à ce propos. Si j’ai l’impression d’avoir lu à peu près tout ce qui existait sur le sujet, il y a une raison majeure. Aucun de mes deux garçons n’a été un gros dormeur. Doux euphémisme : Nawel a mis 3 ans et demi à faire des nuits complètes. Swann pareil. Cela fait quasiment sept ans sans une nuit complète. Tout ceux qui ont passé des nuits blanches à coté de bébés qui se réveillent régulièrement savent que c’est un calvaire. Le manque de sommeil est insupportable, et peut rendre complètement dingue. À l’époque donc, nous avions cherché avec leur maman à peu près toutes les méthodes imaginables, regardé (et revendu !) tous les livres. Je m’étais même formé aux méthodes de récupération en situation de survie. C’est ainsi que j’ai découvert la sieste. (Voir l’article qui en parle ici).

Néanmoins, j’avais également développé “à l’instinct” une technique que je considérais assez efficace pour aider mes enfants à s’endormir. Elle préservait aussi ma santé émotionnelle. C’est ce que je vous propose de découvrir.

Lire la suite…